Soutenance de thèse

Représentations et intervention des médiateurs familiaux pour couples mixtes en conflit : terrains français et québécois

De Evelyne Choumtcheut - Institut des mondes africains - IMAF

Résumé

L’étude de la médiation familiale par les sciences sociales s’est rarement intéressée aux représentations sociales et culturelles des intervenants eux-mêmes, qui arrivent pourtant dans le processus d’intervention en étant chargés de leurs propres préjugés sur les « autres ».  Pour cela même, cette recherche a pour objet l’étude des représentations et des interventions des médiateurs familiaux pour couples mixtes en conflits. De nature qualitative et menée au Québec et en France, l’étude est réalisée auprès de 41 répondants, soit 25 Travailleurs sociaux médiateurs familiaux (TSMF) et 16 personnes ressources de différentes compétences (pionniers de la médiation familiale, chercheurs spécialisés, experts judiciaires et institutionnels) regroupées sous la catégorie « CEMF » (Chercheurs et experts de la médiation familiale). Le principal objectif est de repérer et d’analyser les représentations qui, explicitement ou implicitement, influencent l’intervention des médiateurs familiaux en contexte interculturel. L’analyse des données collectées permet de mettre en relief plusieurs points. Sur le plan historique, les enjeux de l’immigration, de l’insertion socio-institutionnelle et de la judiciarisation de la médiation familiale en France et au Québec. Sur le plan de la pratique professionnelle est cerné le contexte d’irruption et les traits caractéristiques des représentations des médiateurs intervenant auprès des couples interethniques. Sur le plan épistémologique est critiquée l’approche dominante de la psychologie sociale des représentations en travail social, qui a tendance à les considérer comme de simples mécanismes de défense. Relevant l’intérêt de la perspective anthropologique, l’étude explicite les enjeux d’une analyse des représentations comme ressource de pouvoir et de domination.  Les résultats obtenus lors de l’analyse des différentes informations et des prises de position des différents répondants montrent que si les avis peuvent être tranchés concernant le métier de médiateur (interculturel), sa pratique et son histoire au Québec et en France, un consensus se fait sur les représentations des intervenants en conflits de couples mixtes comme biais dans l’intervention et dans la qualité de l’efficacité professionnelle.  L’absence de variation marquée sur ce dernier point et sur la nécessité de travailler davantage à juguler, ou tout au moins à contrôler ce biais, indique clairement que le sujet des représentations des médiateurs interculturels est digne d’intérêt : si cette étude interroge et analyse les représentations comme un problème en travail social, c’est pour que les médiateurs les jugulent dans la pratique, et pour défricher une piste thématique à explorer davantage par des recherches futures.

Jury

  • M. Rémy Bazenguissa Ganga (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Stéphanie Arsenault (Directrice de thèse), Université Laval
  • Mme Bernadette Dallaire, Université Laval
  • Mme Catherine Rossi, Université Laval
  • M. Arnaud Stimec, IEP de Rennes
  • M. Bob White, Université de Montréal

Informations pratiques

Date(s)
  • Mercredi 16 décembre 2020 - 15:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.