Soutenance de thèse

Income inequality and the stabilising role of the tax and transfer system in times of crisis

De Vanda Regina Guimaraes de Almeida - Paris-Jourdan sciences économiques - PJSE

Résumé

Les crises globales entraînent souvent d'énormes perturbations économiques, qui peuvent durer de nombreuses années. Il est donc important de comprendre leurs conséquences et comment élaborer des politiques efficaces dans la réduction de leurs impacts. Il existe une littérature abondante sur les effets d’une crise au niveau agrégé et le rôle stabilisateur des politiques macroéconomiques. Toutefois, on a accordé beaucoup moins d'attention aux effets distributifs des crises et encore moins aux interactions entre ces effets et l'évolution de l’activité macroéconomique post crise. Si une aggravation des inégalités peut contribuer à une reprise faible de l'activité, alors le système d’impôts et prestations sociales peut être un stabilisateur macroéconomique en sus de son rôle redistributif. Il est donc essentiel de comprendre comment le système peut influer tant sur les effets agrégés, que sur les inégalités en temps de crise. Cette thèse vise à apporter un éclairage neuf sur ces questions, en utilisant de multiples méthodologies et ensembles de données, au niveau micro et macro, dans une approche empirique et théorique. Le premier article fait une évaluation détaillée de l'évolution des inégalités de revenus et des effets redistributifs du système d’impôts et prestations sociales après la crise de 2007-08 aux États-Unis. Utilisant un large éventail d'indicateurs, il examine plusieurs sections de la distribution de revenus et analyse la contribution des différentes composantes du système d’impôts et prestations sociales. Le second article développe une nouvelle méthode pour modéliser la distribution de revenus disponibles et décomposer l’évolution de celle-ci dans le temps, utilisant une double approche microéconométrique et de microsimulation. Il l’applique à l'étude de l'évolution de la distribution de revenus au Portugal après la crise de 2007-08 en tenant compte des effets de la crise et des politiques de relance et de consolidation budgétaire. Le troisième article développe un modèle théorique DSGE à agents hétérogènes, avec une hétérogénéité à la fois ex-ante et ex-post des ménages et assurance chômage. Il présente les résultats d'une première expérience quantitative, étudiant les effets distributifs et agrégés d'une crise et le rôle de l'assurance chômage pour ces effets, sous plusieurs scénarios hypothétiques de crise. Plusieurs conclusions émergent des résultats obtenus dans cette thèse. Premièrement, les crises globales peuvent avoir des effets très hétérogènes et persistants sur la répartition de revenus, particulièrement pénalisants pour les ménages à faible revenu. Deuxièmement, le système d’impôts et prestations sociales peut jouer un rôle crucial dans l'évolution de la distribution de revenus à la suite d'une crise. Un système fort peut amortir une augmentation des inégalités induite par la crise, tandis qu'un système faible peut les aggraver. Troisièmement, non seulement la magnitude, mais aussi la conception du système affecte son rôle en temps de crise. En particulier, un instrument plus progressif aura un effet stabilisateur plus important qu'un instrument uniforme. Quatrièmement, les politiques de stabilisation des agrégats économiques en temps de crise peuvent avoir des effets importants sur la répartition de revenus. En particulier, la mise en œuvre de mesures de consolidation peut renforcer les pertes de revenus induites par la crise et augmenter l'hétérogénéité des effets d'une crise. Enfin, l'hétérogénéité des ménages et de l’assurance sociale jouent un rôle important dans la transmission d'une crise globale à l’activité économique. La contraction de la consommation agrégée suite à une crise sera plus accentuée dans un monde où les ménages sont hétérogènes à la fois ex ante et ex post que dans un monde où l'hétérogénéité est uniquement ex post. De plus, une crise impliquera une contraction de la consommation agrégée plus faible dans un monde avec assurance sociale que dans un monde sans assurance sociale.

Jury

  • M. Romain Rancière (Directeur de thèse), University of Southern California
  • M. Edouard Challe, CNRS
  • Mme Axelle Ferriere, CNRS
  • Mme Hilary Hoynes, University of California, Berkeley
  • M. Salvatore Morelli, University of Naples, Federico II
  • M. Fabrizio Perri, Federal Reserve Bank of Minneapolis

Informations pratiques

Date(s)
  • Mardi 3 décembre 2019 - 17:00
Lieu(x)
  • Ecole d'Économie de Paris (Paris School of Economics), salle R2-01, 48 boulevard Jourdan 75014 Paris