Soutenance de thèse

Gli oggetti femminili nella ceramica greca e magnogreca. Identita, Ruoli, statuti

Résumé

Objets féminins dans la céramique de Grèce et de Grande Grèce. Rôles, statuts, identité. Ce travail voudrait proposer une réflexion anthropologique sur l’interprétation des objets figurés dans des contextes liés au monde féminin. Depuis quelque temps, l'étude des images peintes sur les vases attiques et de l’Italie du Sud s'est révélée être un champ d'information extraordinaire pour définir les nombreux problèmes liés aux rôles, statuts et classes d'âge des femmes dans le monde grec. Partant de l'hypothèse que la construction du discours iconique est basée sur l'organisation des signes, des objets et des gestes, nous voudrions ici démontrer que les objets représentés dans les images peintes ne sont pas de simples détails qui jouent parfois un rôle banalement fonctionnel / primaire, mais ils sont plutôt des outils que certains peintres utilisent pour transmettre l'identité, les rôles et les statuts des femmes représentées. L'interaction étroite entre l'homme et les objets d'une part, d'autre part le rôle de ceux-ci dans les pratiques sociales, rituelles et religieuses du monde antique en font de précieux outils révélateurs de la mentalité. Cela apparaît particulièrement évident dans le système d'images peintes sur les vases, où les objets apparaissent parfois en relation étroite avec l'identité du sujet qui les utilise, homme ou femme qui, parfois, plus rarement, seuls, isolés et déconnectés de la chaîne gestuelle, acquérant ainsi une surprenante potentialité de sens, au point que l'objet peut "faire" lui-seul toute la représentation. Il sera important de comprendre quels objets sont à sélectionner, quelles sont les relations avec la femme, quelle position les objets occupent-ils dans le champ figuratif, dans quelle relation entrent-ils avec le système figuratif dans lequel ils s'insèrent: les objets, par nature polysémantiques, prennent des valeurs spécifiques lorsqu’ils sont fait fonctionner avec tous les éléments de la représentation. Nous concentrerons notre attention sur la production des vases attiques à partir du milieu du Ve siècle avant J.-C., quand il y a une augmentation effective des images qui concernent le monde féminin. Ce fait est généralement motivé par la promulgation de la loi de Périclès sur la citoyenneté, en 451/450 avant J.-C., qui attribue également un rôle important à l'élément féminin. Ainsi, avec une perspective plus large à la fois d'un point de vue chronologique et géographique, nous nous pencherons sur la production de la Grande-Grèce, qui doit beaucoup aux expériences des peintres de la céramique attique, afin de mettre en évidence les différences des sens des objets représentés dans le passage d’un système iconographique à l’autre, en relation évidemment avec les différents domaines de réception et de production des images. Nous tenterons de répondre à la question de savoir si en modifiant partiellement le système culturel, le système d'objets sélectionné et la fonction qu'il assume au sein de la représentation figurative sont également modifiés.

Jury

  • M. François Lissarrague (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Francesca Ghedini (Directrice de thèse), Università degli di Padova
  • Mme Cécilia d’Ercole, EHESS
  • Mme Florence Gherchanoc, Université Paris Diderot
  • Mme Monica Salvadori, Università degli di Padova
  • M. Davide Susanetti, Università degli di Padova

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 28 février 2020 - 15:00
Lieu(x)
  • Palazzo Liviano, Aula Diano, piazza Capitaniato 7, 35139 Padova (Italie)