Soutenance de thèse

En quête de politique. Associations mapuche, Etat et légitimité à Santiago du Chili

Résumé

Cette thèse interroge la reconfiguration de l’espace politique au Chili dans la post-dictature, et la place qu’on peut y occuper lorsqu’on se reconnaît comme Mapuche. Elle interroge les modalités, les conditions et les limites de la participation politique au nom de l’indianité, à partir d’une variante particulière de l’identification mapuche contemporaine : celle en milieu urbain et depuis les associations. Dans le Chili de l'après-dictature, les gouvernements démocratiques se sont engagés dans un renouveau des relations avec les populations indiennes, dont le peuple mapuche, qui en représente plus du 80%. Une grande partie des habitants mapuche se trouve aujourd'hui installée dans les quartiers périphériques de Santiago, où elle a constitué un complexe réseau d’associations.  L’inauguration de politiques visant à reconnaître la diversité ethnique, à partir des années 1990, a été reconnue comme un tournant majeur dans la redéfinition de l’autochtonie au Chili. Ces changements se sont inscrits dans des dynamiques en cours à des échelles différentes :  la re démocratisation des institutions et de la société, faisant suite à 17 ans de régime dictatorial militaire ; l’influence de plus en plus forte des agences multilatérales sur les politiques nationales vers une adéquation aux objectifs de développement ; les revendications politiques des organisations indiennes, en particulier mapuche, à l’aube du « retour à la démocratie ».  Cette thèse croise deux préoccupations centrales : la transformation du discours étatique et des politiques publiques relatives aux populations indiennes, et le changement du rôle et des stratégies des associations mapuche urbaines sous ces nouvelles conditions de reconnaissance. Pour comprendre la manière dont se fabriquent les nouvelles figures de l’altérité et leur périmètre légitime dans le Chili actuel, il faudra entreprendre un chemin régressif, pour comprendre la « greffe » du modèle multiculturel tant sur les dispositifs juridiques et sur les politiques publiques précédentes, que sur les contextes politiques locaux et sur les trajectoires individuelles.   L’ethnographie réalisée au sein d’associations mapuche d’une municipalité de Santiago est le matériel de base pour s’attacher à l’analyse du politique à l’heure de l’interculturalité au Chili. Une telle approche permettra d’enquêter sur la place que les membres d’associations mapuche peuvent occuper au sein de la vie politique à plusieurs échelles, et les façons dont ils mobilisent le référent mapuche pour entretenir ce jeu politique au quotidien.

Jury

  • M. Alban Bensa (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Guillaume Boccara, CNRS
  • Mme Capucine Boidin, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle
  • Mme Elisabeth Cunin, IRD
  • Mme Natacha Gagné, Université de Laval
  • M. Fabien Le Bonniec, Université catholique de Temuco
  • M. Michel Naepels, EHESS

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 11 décembre 2020 - 15:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat