Soutenance de thèse

Economie occulte et ordre statutaire : analyse sociologique de la production des fous au Gabon

De Cordille-Verdia Babongui-Mba - Institut des mondes africains - IMAF

Résumé

Cette thèse propose une analyse sociologique de la production des fous, et plus précisément de leur esprit, au Gabon. Elle montre que cette production est liée aux tensions qu’exerce le néolibéralisme sur l’ordre statutaire qui organise les relations de la vie quotidienne à travers l’opposition entre les “Mamadou”, les puissants, et les “Makaya”, les dominés. La notion de production est ici prise dans tous les sens. D’abord par ce qui rend les fous visible, le désengagement de l’État puis, la mise en place d’une économie occulte où des “Mamadou”, majoritairement, et des “Makaya” s’offrent les services des ngangas ou féticheurs pour capturer ces esprits. Et enfin, de manière métaphorique, production dans le sens de ce que fabrique l’esprit du fou en terme de richesses, du fait de sa possession par d’autres alors que son corps, inutile, est exclu du monde du travail. Le constat qui découle de nos enquêtes de terrain, menées à partir d’entretiens semi directifs et d’ observations, laisse apparaître un lien de dépendance entre la réussite sociale et la folie. Ce rapport social suggère la possibilité de réussir sans travailler et qu’en l’occurrence les fous sont le produit de cet enrichissement déconnecté du travail. Deux modalités de la production des fous apparaissent à savoir “on se rend fou” et “on est rendu fou” qui, loin de correspondre seulement à un imaginaire de la maladie et de l’enrichissement occulte, sous tendent aussi la critique des politiques publiques. En cherchant à comprendre les logiques sous jacentes à la production des fous, nous avons pu établir que les économies occultes surviennent au Gabon dans un contexte de crises où les inégalités sociales émergentes sont traduites dans l’imaginaire religieux de la prédation mystique. Donc, ce rapport social met aux prises deux catégories statutaires socialement construites, les “Mamadou” et les “Makaya” qui évoluent dans un rapport de force, à la fois réel et imaginaire, dans lequel les trajectoires d’accumulation et de guérison mobilisent les mêmes idiomes du fétichisme. Ainsi, les fous, loin d’être de simples malades, seraient, selon le sens émique, des “fonctionnaires fantômes” ou, en d’autres termes, ils seraient métonymiquement réduits à la richesse, ce qui confère à leur esprit une simple valeur d’usage dans un marché double et invisible où leur capture opère dans le cadre d’un ordre sacrificiel qui concerne tous les Gabonais.

Jury

  • M. Rémy Bazenguissa Ganga (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Joseph Tonda (Directeur de thèse), Université Omar-Bongo de Libreville
  • M. Parfait Dtematio Akana, Université Yaoundé 2
  • Mme Florence Bernault, IEP Paris
  • Mme Marie-Thérèse Mengué, Université catholique d’Afrique Centrale de Yaoundé
  • M. Richard Rechtman, EHESS
  • M. Beneduce Roberto, Université de Turin
  • Mme Kadya Emmanuelle Tall, IRD

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 17 décembre 2021 - 14:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.