Soutenance de thèse

Le droit de tuer. La peine de mort au service de l'ordre colonial en Afrique occidentale française, 1900-1950

Résumé

La justice rendue aux colonies n’est pas une excroissance de la justice française métropolitaine. Faisant fi de la séparation de pouvoirs, autoritaire et racialisée, elle est une manière singulière d’organiser le droit de punir et le droit de tuer. Celle-ci n’a généré dans l’historiographie que peu d’analyses et reste marginale dans les réflexions sur le maintien de l’ordre colonial. Elle est pourtant l’aboutissement d’un processus central à l’établissement et au maintien de la domination coloniale : celui de la séparation d’un pouvoir de mort légitime, d’autres formes de violences meurtrières, illégitimes. Ce travail cherche à saisir les usages de la peine de mort, dans le contexte colonial de l’Afrique occidentale française entre 1900 et 1950. Nous proposons d’analyser la peine de mort comme un lieu du déploiement des fondamentaux de la politique coloniale. Les condamnations et les exécutions génèrent et font circuler des discours sur les comportements africains, créent des figures criminelles, voire ennemies, à éliminer. Ainsi, la mise en scène de la violence légitime, dans les tribunaux et aux pelotons d’exécutions, institue et rejoue sans cesse les divisions de pouvoirs, de statuts (sujet/citoyen), de races et des cultures si centrales à l’ordre colonial.

Jury

  • Mme Myriam Cottias (Directrice de thèse), CNRS
  • M. Alexander Keese (Directeur de thèse), Université de Genève
  • M. Tony Chafer, Université de Portsmouth (Royaume Uni)
  • M. Cristoph Conrad, Université de Genève
  • M. Patrick Dramé, Université de Sherbrooke(Canada)
  • Mme Ruth Ginio, Université Ben Gourion du Néguev (Israel)
  • Mme Liora Israël, EHESS

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 15 mai 2020 - 14:30
Lieu(x)
  • Visioconférence