Soutenance de thèse

La construction et la régulation de l'industrie et du marché de médicaments en Colombie (1914-1971). Contribution à une histoire de la mondialisation du médicament

Résumé

À partir de l'analyse des sources documentaires issues des archives nationales colombiennes, de la documentation des laboratoires pharmaceutiques et de la presse nationale et internationale, cette thèse étudie l’émergence de l’industrie pharmaceutique et de la régulation du marché des médicaments en Colombie au XXe siècle, entre 1914 et 1971. Ce faisant, la thèse éclaire la manière dont l’État se constitue, pendant cette période, comme un acteur fondamental pour réguler la qualité des médicaments en circulation, encourager l’industrialisation, la production pharmaceutique locale et élargir l’accès aux traitements.  La première partie de la thèse examine la configuration d’un marché national des médicaments, à travers le processus de transformation des pharmacies en entreprises pharmaceutiques et avec l’émergence du médicament comme un problème de santé publique qu’il fallait réguler. Notre recherche montre l’étendue du mouvement de création de laboratoires privés dès les premières décennies du XXe siècle et analyse la création d’un laboratoire national de produits biologiques et pharmaceutiques avec l’aide de la Fondation Rockefeller en 1926, le laboratoire Samper Martínez. Cet établissement public est devenu un outil essentiel de la régulation pharmaceutique en Colombie. La thèse décrit les échanges entre les immigrants scientifiques, la philanthropie internationale, les industriels et l’État colombien qui ont permis l’émergence d’une industrie locale très active.  La deuxième partie de la thèse analyse la politique de l’État dans les années 1940 pour renforcer et réguler l’industrie pharmaceutique dans le domaine de la chimie et des produits biologiques. Il s’agit en premier lieu de la politique d’expropriation des laboratoires allemands en temps de guerre. Il s’agit ensuite d’encadrer les produits biologiques controversés d’une entreprise espagnole dans le contexte d’un État sous influence des intérêts pharmaceutiques.  La troisième partie de la thèse étudie la politique de l’État colombien pour créer un marché des médicaments génériques au tout début des années 1960, en relation directe avec le débat introduit aux États-Unis sur les prix des médicaments et la régulation des brevets par le sénateur Estes Kefauver. Grâce à la collecte du témoignage oral du ministre de la Santé de l’époque ainsi qu’à l’analyse du débat public en Colombie, notre travail apporte des éléments précieux sur l’histoire des médicaments génériques. La présence d’une nouvelle industrie des médicaments génériques encourage les gouvernements à s’engager, en 1971, dans une réforme du système des brevets pharmaceutiques, contemporaine des réformes conduites à la même époque au Brésil et en Inde.

Jury

  • M. Maurice Cassier (Directeur de thèse), CNRS
  • M. Christian Bonah, Université de Strasbourg
  • Mme Marilena Correa, Universidade do Estado do Rio de Janeiro
  • M. Jean-Paul Gaudillière, EHESS
  • M. Jeremy Greene, Johns Hopkins University
  • M. Jorge Marquez, Universidad Nacional de Colombia
  • M. German Velasquez, South Center, Genève

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 14 décembre 2020 - 14:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.