Soutenance de thèse

Alliances dans le Sertao. Croyances et valeurs de l'agroécologie au nord de Minas Gerais

Résumé

Présentée comme une réponse au double défi de la faim dans le monde et du réchauffement climatique, l’agroécologie est classiquement définie à la fois comme une science, une pratique et un mouvement. Au Brésil, pays pionnier en la matière, l’ensemble des producteurs familiaux qui résistent au modèle dominant de l’agriculture de firme (agronegócio) se regroupent aujourd’hui sous cette bannière. Par des politiques publiques ambitieuses, le gouvernement du Parti des Travailleurs entre 2003 et 2016, a conduit à une institutionnalisation de cette dernière, portée par de nombreux réseaux militants. Cependant, par-delà les données chiffrées qui ne permettent pas d’appréhender la réalité de terrain, il est important d’étudier l’agroécologie à travers des savoirs en acte, lesquels sont propagés par des agronomes et des techniciens auprès des agriculteurs familiaux, et s’inscrivent dans des visions du monde spécifiques. Cela fait l’objet de ce travail qui se situe à l’interface de l’anthropologie des sciences et des techniques, de l’anthropologie des institutions et de l’anthropologie de la nature. La thèse propose en effet une ethnographie comparée de trois collectifs agroécologiques à partir d’une enquête multi-site de vingt mois dans le nord de l’État Minas Gerais, entre 2017 et 2019. Le premier collectif décrit est celui des techniciens et agronomes du Centro de Agricultura Alternativa do Norte de Minas (CAA-NM), basé à Montes Claros, qui sert de point d’ancrage à cette étude. Le CAA-NM, l’un des principaux centres techniques alternatifs du pays, étend son action dans toute cette région semi-aride du Nord de Minas Gerais. L’enquête se poursuit auprès de producteurs familiaux en lien avec le Centre, qui vivent dans le milieu sec de la Caatinga au pied de la Serra Geral. Le troisième groupe étudié se trouve sur l’autre versant de la petite cordillère, chez les cultivateurs des plateaux des Gerais au cœur du Cerrado. Pour chacun de ces trois groupes, les types de pratiques et de savoirs agroécologiques qui circulent sont premièrement exposés. Ensuite, ils sont replacés dans des dispositifs sociaux au sein desquels l’agroécologie s’intègre. Enfin, les croyances et les valeurs propres à chacun de ces trois groupes sont mises en lumière, en particulier par l’étude de figures exemplaires. La description détaillée révèle une assez forte hétérogénéité dans la cosmologie et les régimes normatifs propres à chacun de ces univers. Plus que des pratiques ou qu’une science, il ressort ainsi de cette comparaison que l’agroécologie dans le nord de Minas est le résultat de stratégies d’alliances entre des mondes distincts mais unis contre un ennemi commun.

Jury

  • M. Philippe Descola (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Mônica Celeida Rabelo Nogueira, Université de Brasilia
  • Mme Elise Demeulenaere, CNRS
  • Mme Laure Emperaire, IRD
  • M. Bruno Latour, Institut d’études politiques de Paris
  • M. Eric Sabourin, CIRAD

Informations pratiques

Date(s)
  • Mercredi 14 avril 2021 - 13:30
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.