Éditeur:
Date de parution:
septembre, 2021
Type de norme: 
ISBN 13
Numéro: 
978-2-7132-2867-4
Numéro de la revue:
238

L'Homme, n°238

Varia

L’Homme poursuit l’enquête engagée dans le précédent numéro : quelle est donc cette curieuse chimère à deux têtes qui orne sa couverture depuis sa fondation ? Selon Claude Lévi-Strauss, qui l’a choisie, il s’agirait d’un « dieu Tortue » de la culture pré­colombienne Coclé, en Amérique centrale. Que sait-on de cette culture et de ses productions graphiques ? À quel genre de dieu, et à quel genre de tortue, correspond ce personnage ? Et que dire de la bicéphalité joyeuse et hypnotique qui le caractérise ? Richard G. Cooke et Carlo Severi apportent quelques éclaircissements
sur ces questions. Trois « Études & Essais » forment le cœur de ce numéro, illustrant une nouvelle fois l’ouverture épistémologique de notre revue. Camille Chamois explore à quelles conditions ethnographiques, philosophiques et psychologiques une théorie perspectiviste peut envisager la multiplicité de points de vue d’êtres différents, humains ou non humains. Abigaël Pesses nous conduit ensuite chez les Karen de Thaïlande et nous présente un curieux motif dessiné sur l’envers d’un plateau de riz, dans lequel toute une cosmologie se voit sobrement condensée afin de guider les morts sur le chemin de l’au-delà. Sophie Blanchy et Haddad Salim Djabir, pour leur part, restituent les échanges cérémoniels qui rythment et organisent les relations entre groupes de descendance sur l’île de Mohéli dans l’archipel des Comores, de même que le processus historique de la préservation de ces usages sous l’influence de riches marchands étrangers. Laurent Berger, enfin, clôt ce numéro par un nouveau commentaire critique du livre de Charles Stépanoff, Voyager dans l’invisible. Techniques chamaniques de l’imagination (La Découverte, 2019), en réexaminant la corréla­tion entre naissance de la hiérarchie et mode de médiation reli­gieuse. Il est ainsi question de cosmologies, dans ce numéro, et de la matière cérémonielle et picturale par laquelle une population figure – et donc rend disponible – le monde relationnel qu’elle habite et qu’elle produit.