David Armando

David Armando est chercheur de première classe à l’Institut pour l’histoire de la pensée philosophique et scientifique moderne du Conseil National des Recherches (ISPF-CNR), à Naples. Il est aussi membre associé du CéSor et du collège des enseignants du Doctorat de recherche en Histoire, Anthropologie, Religions chez l’Université Sapienza, en Rome. 

Ses intérêts de recherche se déroulent sur plusieurs axes, qui tournent pour la plupartautour de la question des mutations et des persistances aux XVIIIe et XIXe siècle, entre l’ancien régime et la restauration. A partir de ses premières études sur la République romaine de 1798-99, il a ensuite élargi ses intérêts à l’histoire religieuse de l’Italie révolutionnaire et napoléonienne et à ses relations avec la France, en participant aussi à la direction de l’Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica, publié en 2013 par les éditions de l’Ecole française de Rome. Dans une perspective d’histoire sociale il a travaillé sur le thème de la féodalité à l’âge moderne, et notamment sur les pouvoirs des seigneurs romains au XVIIIe siècle, qui ont fait l’objet de sa thèse de doctorat, en 1995, et de deux livres récents (Barone, vassalli e governo pontificio. Gli stati dei Colonna nel Settecento, Rome 2018, et Quasi sovrani o semplici privati. Feudalità, giurisdizione e giustizia nello Stato pontificio dall’antico regime alla Restaurazione, Rome 2020). Dans le cadre des lignes de recherche d’histoire intellectuelle de l’ISPF il a étudié aussi la pensée de Giambattista Vico et sa fortune en Europe et en Asie. Membre associé au CéSor, il participe aux projets de recherche du Centre sur l’histoire religieuse du XIXe siècle, en s’occupant notamment des restaurations de la Compagnie de Jésus et de la Congrégation du Saint-Office. Au carrefour entre histoire des sciences, histoire politique et sociale et histoire religieuse, il travaille depuis plusieurs années sur les doctrines et les pratiques du mesmérisme, du magnétisme animal et de l’hypnotisme ; sur ce thème il coordonne, avec Bruno Belhoste et Jean-Luc Chappey, l’opération « Harmonia Universalis », dans le cadre du LabEx Hastec, et il a codirigé le dossier spécial « Le mesmérisme et la Révolution Française », paru en 2018 dans les Annales Historiques de la Révolution Française.

David Armando participe au Programme Professeurs invités de l'EHESS.

 

Conférences en ligne

Religion, science et politique à Rome à la fin du XVIIIème siècle: les piaristes

Dans le cadre du séminaire de P.-A. Fabre (CéSor) : Pratiques spirituelles, régimes discursifs, rapports sociaux 

  • Lundi 12 avril de 15h à 17h

 

Entre Mesmer et Puységur: l’invention du somnambulisme artificiel

Dans le cadre du séminaire du Centre Alexandre-Koyré: Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées (J. Carroy, J.-C. Coffin, A. Ohayon, R. Plas, T. Trochu et W. Feuerhahn)

  • Vendredi 16 avril de 13h à 15h

Lien de la visioconférence : https://webinaire2.ehess.fr/b/cof-u5t-eip
 
1814, le magnétisme et la Restauration. Questions sur l'invention d'une continuité

Dans la journée d’études : « Le tournant de 1814 et la renaissance du mouvement magnétiste à la Restauration » (LabEx Hastec, IHMC-Université Paris 1, CéSor-EHESS/CNRS)

  • Jeudi 6 mai 2021 de 9h15 à 13h

Lien de la visioconférence https://zoom.univ-paris1.fr/j/99436119167?pwd=WENwWkhrUlRCbmI1UGxjcVZlbjdYUT09
 
Le jésuite et le magnétiseur. Un faux complot en 1839

Dans le cadre du séminaire de P.-A. Fabre (CéSor) : Pratiques spirituelles, régimes discursifs, rapports sociaux 

  • Lundi 10 mai de 15h à 17h

Lien de la visioconférence : https://us02web.zoom.us/j/86384358972?pwd=UHZOdmFVME04YUx1bnVhVGs2Ri9Jdz09